En écoutant le biwa

 

 

A chacun, à lui,

Elle a offert ce briquet,

Fille de la nuit.

 

Grâce à Kinshi Tsuruta,

Vinrent de sages pensées.

 

Au cas où il faut,

Le katana sera prêt,

Sans fuir, droit devant.

 

En écoutant le biwa,

La lutte s’est terminée.

 

Non pas au Milieu,

Partir au Soleil levant,

Rester Empire.

 

Parfum de chrysanthème,

Morbide et sans valeur.

 

Le ventre est si mou,

Les femmes sont toujours mieux ;

Pourquoi tout perdre ?

 

A corps, à cri, je l’aime,

Et ce n’est plus mon heure.

 

Au printemps nouveau,

Dans le jardin de bambou,

Sera le banquet.

 

 

Cahier / Inédit / Accueil