La métamorphose

du

criquet

 

 

 

Souvent, quand la nuit tombe, le voyageur imprudent encore sur la route rencontre un criquet. Intrigué qu’un insecte aussi humble trouble sa pensée, il sort du chemin et trace un nouveau sentier.

Mais il n’est pas rare qu’à nouveau, un second criquet surgisse des entrailles de la terre et le fixe. Le voyageur ne peut cependant s’arrêter, la route est encore longue. Mais le plus souvent des pluies de tatous l’empêchent de poursuivre son chemin. Il sort d’habitude sa flûte et appelle les papillons.

Rien n’y fait, le criquet le fixe toujours. Désespéré, le voyageur commet alors l’irréparable. Il tremble, sanglote et finalement implore à genoux le criquet de le laisser aller sa route. C’est alors qu’il se montre intraitable, bientôt rejoint par ses semblables. Le voyageur face contre terre, demeure immobile, entouré par des centaines, puis des milliers de criquets qui le fixent, mâchouillant en silence. Puis ils disparaissent. Le voyageur se dit qu’il a de la chance et arrive enfin dans l’auberge du village ses traits déformés par la fatigue et la terreur.

Le lendemain, lorsqu’il veut reprendre sa route, un villageois le fixe en silence, bientôt rejoint par ses semblables. Le voyageur face contre terre, demeure immobile, entouré par des centaines, puis des milliers de villageois qui le fixent en silence. Puis le voyageur disparaît sous les pierres.

 

Cahier / Inédit / Accueil