Méphisto

 

 

Viens, mon beau chat, aussi craintif qu’elle,

Tes deux yeux verts ne sont pas les siens,

Mais toi au moins, tu n’es pas cruel,

Te faire tripoter, tu le veux bien.

 

Ta petite fourrure très noire,

Et les ronronnements réguliers,

Suivent mes caresses sans espoir.

Analogie triviale et passée.

 

Pourtant comme elle, le froid t’effraie

Et la nourriture t’attire.

Manie d’être propre sans arrêt.

 

De tes sept vies, tu as la moins pire,

Pour une bête, tu n’es qu’un chat...

Tu veux partir ? C’est ça, casse toi !

 

 

 

 Cahier / Inédit / Accueil