Mon ange

 

 

Garder fureur rance afin qu’elle moisisse,

Mon ange d’or dur connaît la patience,

L’Alchimie satanique,

et le prix du silence ;

Que le plomb métallique,

Rose noire, rougisse !

 

Purifier cet amour, distiller les larmes,

Calciner la folie, vivre sans son rire,

Chaque nuit son visage,

Qui crie : A mon seul désir ;

Alors que malgré l’âge,

Opère encor le charme.

 

Puis laisser les fennecs et autres charognards,

Dépecer tranquillement,

Les maigres restes d’espoir.

 

Transmuté souvenir kitsch, petit gravier,

Faible caillou sans aimant,

Qui disparaît sans grincer.

 

 

 

Cahier / Inédit / Accueil