Et tout ça, à cause de la SNCF !

 

 

 

 

Message que je retarde : « je sais, adieu »

 

* * *

 

En compagnie de n°1 et n°2 (sans compter les extras), je devisais joyeusement entre deux bouts de chorizo — 7. Que l’hôte prenne encore garde / Qui vient au festin. / Ouïe fine et silencieux ; / Ses oreilles écoutent / Et ses yeux examinent, / C’est ainsi que tout sage s’enquiert. — ; au sixième mojito te salutant (ils sont plusieurs) je commence à trouver n°2 bis légèrement casse-burnes — 29 Stupidités en suffisance, / Dit celui-là / Qui jamais ne se tait ; / Une langue volubile / Si elle n’a pas de bride / Souvent se porte préjudice —, bébé-roi sur son fauteuil qui me joue la comédie du dialogue, d’un ton pontifiant qui heurte ma sensibilité indo-européenne. C’est probablement réciproque, le monde est bien fait.

 

 

* * *

 

Vieille poche, qui n’a rien de sublime, lance ses invectives par désespoir, quitte à finir sur la voie, elle seule électrifiée par son logos de soûlard. Un peu d’humanité ? Allons ! Je me propose pour la rixe mais un gardien (en civil) m’en dissuade : « s’il y a un accident, la ligne va être fermée et je rentrerais plus tard chez moi ».  

 

* * *

 

Sous les sunlights du Triptyque, ton corps indécent, presque obscène dans ses convulsions, auxquelles je participe (c’est l’important) ; soirée « chiennes hi-fi ® », je n’invente rien ! L’époque est décidément au lapsus ; « She’s dancing and he’s talking...I saw a little hope ! » déclare d’un coup Kate ; « le chant et la danse, vrais enfants de l’amour et du loisir » disait son compatriote Jean Jacques, à quelques siècles d’intervalle. L’époque est à la concision.

 

 

* * *

 

Relations pacifiées, pas s’y fier. Telle est la voix du daimon, qui chaque jour oeuvre, en sommeil par instant. Mais bon, on ne peut plus prendre une hache et exercer son droit ; du moins pas dans les villes, où pourtant les pies jacassent et les fennecs maraudent.

 

* * *

 

Lamentables Lamentations

 

« Attention au départ !...» A nos âges, Alexandre avait déjà conquis l’Asie mineure ; pas une mince affaire (les joueurs de Risk® apprécieront) ; le Christ se crucifiait sur le Golgotha, ce qui veut dire du Crâne... « le TGV 8823.... »....Des légionnaires patrouillent, au moins ont-ils de jolis bérets, et nous, qu’avons-nous ?... Même pas à attendre la bombe en fait, qu’elle soit du pauvre, sale (l’uranium vient sans doute de chez Ed.®), je cherche ta tignasse rousse, tes tifs (ah ! ah !), mais bien entendu, dès que les silhouettes virevoltent, je m’aperçois que ce n’est pas toi. Et rose elle a vescu ce que vivent les roses, et un perrier tranche pour se consoler.

 

* * *

 

Tandis que le goudron, la nicotine et le monoxyde de carbone consument mes lèvres, mon oeil guette ton apparition — phénomène ! — sur le quai ; en vain bien sûr, sinon je t’embrasserais au lieu d’écrire.

 

* * *

 

Que de mignonnes dans la Ville ! Partout, à chaque boulevard, rue, ruelle, impasse, venelle, berge, warp-zone...il doit probablement y avoir des élevages, une telle concentration serait impossible sinon. Il y a de quoi devenir fou, un peu comme lorsqu’on chasse les moustiques en Camargue.

 

* * *

 

Rombière amidonnée, à la crinière blanche avec frisettes violacées, lutte avec sa valise. Le combat est inégal : la valise munie de roulettes (deux me semble-t’il) est beaucoup plus preste, agile, elle esquive, contourne, ultra-mobile. Heureusement qu’elle ne sert pas de ses poings, ce serait un massacre.

 

* * *

 

 

 

Cahier / Inédit / Accueil