Ma fin est mon commencement et mon commencement ma fin,

Et teneure vraiement, Ma fin est mon commencement,

Mes tiers chans trois fois seulement

Se retrograde et einsi fin,

Ma fin est mon commencement et mon commencement ma fin.

 

 

I Qui n'auroit autre deport

En amour

fors dous penser

Et souvenir

Avec l'Espoir de joïr,

S'aroit il tort,

Se le port

D'autre confort

Voloit rouver ;

Car pour un cuer saouler

Et soutenir

Plus querir

Ne dois merir

Qui aimme fort.

Encor y a maint ressort :

Ramembrer

Ymaginer

En dous plaisir

Sa Dame veoir, oïr,

Son gentil port,

Le recort

Dou bien qui sort

De son parler

Et de son dous regarder,

Dont l'entrevrir

Puet garir

Et garentir

Amant de mort

II Et qui vorroit plus souhaidier

Je n'os cuidier

Si fol cuidier

Que cils aimme de cuer entier

Qui de tels biens n'a souffissance ;

Car qui plus quiert, il vuet trichier,

S'Amours tant chier

L'a que fichier

Deigne par l'ueil de son archier

En son cuer d'eaus la congnoissance

III Et pour c'engendrée

S'est Douce Pensée

En mon cuer et enfermé

Qu'adès me souvient

De la desirée,

Dont la joie est née

Et l'espérance doublée

Qui de li me vient

IV Mais quant je voy

Le très bel arroy

Simple et coy,

Sans desroy,

De son corps, le gai,

Et que je l'oy

Parler sans effroy,

Par ma foy,

Si m'esjoy

Que toute joie ay

V Et par Desir recueil

Aucun grief, pas ne m'en dueil,

Car son très dous riant oueil

Tout adoucist

Le grief qui de Desir ist;

Si me plaist et abelist

Tant qu'au porter me delist

Plus que ne sueil

VI Fors tant, quen aucune manier

Ma Dame chiere,

Qui de mon cuer est la tresoriere

Est et portiere,

Sceüst qu'elle est m'amour premiere

Et darreniere.

Et plus l'aim qu'autrui ne mon bien,

Nom pas d'amour veinne et legiere,

Mais si entiere,

Que mieus ameroie estre en biere

Qu'a parsonniere

Fust, n'en moy pensée doublire.

Tels tousdis iere,

Comment qu'elle n'en sache rien.

VII. Si n'est voie

Qui n'avoie

Comment decouviri li doie

Par nul tour

Je morroie

Si j'avoie

Refus, et, se je vivoie

Ma baudour

Seroit tristour.

VIII Dont la bonne et belle,

Comment sara elle

Que de li vëoir

En mon cuer s'ostelle

Une maour nouvelle

Qui me renouvelle

Et me fais avoir

Joieuse nouvelle,

De quoy l'estincelle

Fait sous la mamelle

Mon fin cuer ardoir ?

S'en frit et sautelle,

Que homs ne demoiselle,

Dame ne pucelle,

Ne le puet savoir,

Si le port et selle.

IX Amours que j'en pri,

Qui volt et souffri

Qu'a li, sans detri,

Quant premiers la vi, m'offri,

Li porra bien dire

Que pour s'amour fri

Sans plainte et sans cri,

Et qu'a li m'ottri,

Comme au plus très noble tri

Que peüsse eslire,

X Car ensement

Vueil liement,

Joliement

Et gaiement,

En ma dame amer loyaument

User toute ma vie

Si franchement,

Que vraiement,

Se j'ay tourment

Alignement

N'en vueil, fors souffrir humblement

Ma douce maladie.

XI Car comment que Desirs m'assaille

Et me face mainte bataille

Et poingne de l'amoureus dart,

Qui souvient d'estoc et de taille

Celeement mon cuer detaille,

Certes bien en vain se travaille,

Car tous garist son dous regard

XII Et pour ce, sans nul descort,

Endurer

Vueil et celer

L'ardant desir

Qui vuest ma joie amenrir

Par soutil sort;

Si le port

Sans deconfort

Et vueil porter;

Car s'il fait mon cuer trambler,

Taindre et palir,

Et fremir,

A bien souffrir

Dou tout m'acort.

Il me fait par son enort

Honnourer

Servir, doubter,

Et oubeïr

Ma dame et li tant chierir

Qu'en son effort

Me deport

Quant il me mort

Et vuet grever,

Mais qu'a li vueille penser

Qu'aim et desir

Sans partir,

Ne repentir

La me confort.

 

 

Dame de qui toute ma joie vient,

Je ne vous puis trop amer ne chierir,

N'assés loer, si com il apartient,

Servir, doubter, honnourer n'obéir.

Car le gracïeus espoir,

Douce Dame, que j'ay de vous vëoir,

Me fait cent fois plus de bien que de joie

Qu'en cent mille ans desservir ne porroie.

Cils dous espoirs en vie me soustient

Et me norrist en amoureus desir,

Et dedens moy met tout ce qui couvient

Pour conforter mon cuer et resjoïr;

N'il ne s'en part main ne soir,

Ensois me fait doucement recevoir

Plus des dous biens qu'Amours au sien ottroie

Qu'en cent mille ans desservir ne porroie.

Et quant Espoir qui en mon cuer se tient

Fait dedans moy si grant joie venir,

Lonteins de vous, ma dame, s'il avient

Que vo biauté voie que moult desir,

Ma joie, si com j'espoir,

Ymaginer, penser ne concevoir

Ne porroit nuls, car trop plus en aroie

Qu'en cent mille ans desservir ne porroie.

 

Machaut / Discographie / Médiéval